Lutter contre l’anti-féminisme

Posted on Updated on

Ce 17 juin, STEP participait à une journée d’action, de formation et de réflexion autour de l’anti-féminisme, organisée par Garance et l’Université des Femmes.

Avant que la journée d’ateliers ne commence, quelques rappels – ou découvertes – théoriques.

La plupart des personnes qui souhaitent secouer le statu quo et faire avancer les choses, dans quelque domaine que ce soit (droits des femmes, droits des réfugiés, environnement, lutte contre tous les abus possibles et imaginables, lutte contre la corruption, …), se sont déjà heurtées à des réactions négatives, hostiles, voire violentes. L’anti-féminisme, c’est lorsque ces réactions sont opposées à un discours féministe.

Garance et l’Université des Femmes ont donc décidé de réagir et ont développé des outils et des méthodes pour armer les militant·e·s, et les aider à répondre à ce genre de situation, qu’elle survienne en famille, entre amis, dans la rue, dans le milieu professionnel, ou dans tout autre contexte.

Apprendre à défendre ses convictions, en argumentant, en confrontant, parfois en fuyant une discussion malsaine (harcèlement, violence, …) n’est pas toujours chose aisée. Mais des outils existent, des schémas de réaction ont été élaborés. Et d’ateliers interactifs en jeux de rôle, nous apprenons à éviter de braquer un interlocuteur, à ne pas laisser une situation violente dégénérer, à tenter de convaincre du bienfondé d’une position ou à se soustraire à une conversation douloureuse.

 

L’accent était particulièrement mis sur l’anti-féminisme, compris comme toute réaction qui vise à ralentir le processus d’égalité hommes-femmes, qui se renforce. En effet, face aux droits que les femmes ont conquis et conquièrent chaque jour, certains hommes et certaines femmes se sentent menacés, l’équilibre est bouleversé : nous devons redéfinir une société où chacun aurait sa place, sans privilège particulier lié au genre. Faut-il le rappeler ? L’égalité des genres n’est pas encore une réalité. Il y a certes un progrès considérable, mais le but n’est certainement pas achevé. Discrimination, inégalité salariale, harcèlement de rue, violences conjugales, répartition des tâches ménagères en sont quelques-unes des manifestations les plus évidentes.

Nous devons continuer à nous battre, et nous devons lutter contre tout mouvement qui voudrait remettre en question nos acquis et ralentir la marche vers l’égalité : nous devons nous lutter contre l’anti-féminisme, pour ne pas revenir en arrière.

 

 

Chez STEP, on a été ravi·e·s de participer à cette journée. Nous y avons fait des rencontres intéressantes, nous en avons retiré beaucoup d’informations, et nous sommes plus déterminé·e·s que jamais à nous battre pour l’égalité des genres !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *